Système de propulsion électrique

TM4

L’objectif principal de TM4 pour le projet mobilisateur est de développer un contrôleur véhicule à faible coût, complètement validé, et surtout facilement utilisable par les intégrateurs de véhicules lourds 100% électriques : le NEURO 200

NEURO-200

Plusieurs contrôleurs véhicules existent sur le marché, mais la plupart sont utilisés pour contrôler des moteurs à combustion et par conséquent, ne sont pas adaptés à la réalité des véhicules électriques où la communication est électronique. De plus, la personnalisation des véhicules lourds oblige les intégrateurs à se doter d’outils permettant d’effectuer ces personnalisations rapidement sans encourir de coûts de développement élevés. 

Cette première année a permis à TM4 de mettre au point les premiers prototypes. Les tests intenses de fiabilité ont fait ressortir quelques faiblesses électroniques, mais surtout une lacune quant à la résine utilisée pour fabriquer le boîtier du contrôleur. Des travaux correctifs ont donc été entrepris et les différentes étapes de tests ont ensuite été relancées pour valider la nouvelle résine.

« Dans une optique de simplicité, et étant donné que le produit est déjà largement connu, la plateforme de développement logiciel du contrôleur véhicule a été développée autour de l’outil Matlab Simulink de l’entreprise Matworks. Les intégrateurs peuvent facilement contrôler les différentes entrées/sorties du contrôleur NEURO 200 à l’aide d’une interface graphique de type « schéma block ». Les commentaires des clients ayant essayé le produit sont extrêmement positifs». Éric Azeroual, Directeur de ventes et marketing, TM4

 

Les prochaines étapes de développement porteront essentiellement sur les tests matériels ainsi que l’ajout de fonctionnalités logicielles reliées aux véhicules lourds (par ex. la communication CAN J1939). 

 

 

Développement du chargeur de batterie BCI-20 

Développer un chargeur à batterie peut paraître banal, car la plupart de nos appareils électroniques personnels sont munis de batteries et sont rechargés à l’aide d’un «chargeur». Par contre, développer un chargeur

compatible avec les réseaux électriques européen et américain, tout en étant capable de fournir une puissance continue de près de 20 kilowatts, de servir d’onduleur auxiliaire pour les accessoires du véhicule tels l’air conditionné ou la direction assistée est un beau défi. En contrepartie, réussir à intégrer en un seul boîtier toutes ces fonctions dans un véhicule électrique représente une économie importante de poids et de coûts.
 

Le projet mobilisateur a permis de donner un second souffle à un produit pour lequel les tests initiaux n’avaient pas été concluants. Étant donné que le produit correspondait parfaitement aux besoins d’un véhicule lourd électrique, l’équipe technique a poussé les analyses afin de déterminer les différentes problématiques pour y apporter des solutions, notamment quant à l’échauffement des IGBT (de l'anglais « Insulated Gate Bipolar Transistor », c’est-à-dire les transistors bipolaires à grille isolée). Une fois ces défis relevés, Autobus Lion nous a appuyé dans la démarche : en effet, notre partenaire a mis à l’essai le produit dans un de ses véhicules électriques pendant plusieurs semaines, ce qui fut grandement utile.

Les prochaines étapes de développement miseront notamment sur la validation du produit (matériel et logiciel) ainsi que sur la conception des fonctions logicielles pour la compatibilité aux réseaux électriques européens.

Développement du contrôleur de moteur – CO200

En ce qui a trait au contrôleur de moteur, le projet se focalise sur deux aspects : l’exécution de certains tests de validation sur l’onduleur CO200 ainsi que sur la conception d’une nouvelle connectique.

L’utilisation de connecteurs est de mise, car elle facilite grandement la maintenance du produit. Par contre, les connecteurs sont des portes d’entrée pour l’humidité et la saleté, en plus de fragiliser le produit quant aux émissions électromagnétiques. Il faut donc soigneusement concevoir ces pièces et bien les tester, car l’eau et l’électricité ne font pas bon ménage.

Durant la première année, l’équipe technique s’est affairée à analyser et tester les différents connecteurs disponibles, en regard des contraintes sévères imposées par les véhicules électriques (infiltration d’eau, vieillissement, vibrations, court-circuit, émissions électromagnétiques, etc.). La prochaine étape consistera à étudier des alternatives pour arriver à des résultats similaires ou supérieurs à moindre coût.

CO-200

BCI-20